Histoire de la lecture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Histoire de la lecture

Message par Admin le 14/8/2015, 13:21

Dans le monde occidental, on a écrit des textes sur des supports très variés. En Mésopotamie primitive, on écrivait sur des tablettes de glaise carrées de sept ou huit centimètres, qu'on rangeait sans doute dans une poche de cuir. Dans les premiers siècles de Rome, le savoir, essentiellement sacerdotal, était fixé sur des livres en toile de lin (lintei) ou sur des tablettes de bois (tabulae). C'est encore le cas pour Caton le Censeur (234-149) qui rédige ses discours sur des tablettes de bois avant de les prononcer. En Grèce ou à Rome, même à l'époque des rouleaux, on écrivait les missives privées sur des tablettes de cire réutilisables.
La grande rupture dans l'Antiquité se fait entre deux autres supports qui ont connu successivement une très grande diffusion: le volumen et le codex.

I.1. Le volumen

Le volumen est un rouleau-livre en papyrus. Au IIe siècle avant Jésus-Christ il est déjà répandu dans le monde hellénistique et commence à faire son entrée à Rome. Il sera le support principal des textes littéraires jusqu'au IIe siècle après Jésus-Christ.

Le rouleau reste lié à la culture des classes dominantes et sa fabrication est coûteuse, à la fois parce que la matière première est importée d'Egypte et parce qu'il suppose un artisanat très qualifié. C'est ce qui va entraîner son déclin à partir du IIe siècle après Jésus-Christ.

I.1.1. Le texte du volumen

Il n'y a pas nécessairement coïncidence entre rouleau-livre et texte. Un ou plusieurs rouleaux-livres correspondent à un texte et les auteurs commencent à structurer leurs œuvres en livres. Dans le cas de l'Iliade d'Homère, par exemple, la division du poème en 24 chants résulte sans doute du fait qu'il occupait 24 rouleaux (Manguel 1996, 157); bien au-delà de l'usage des rouleaux on a continué à diviser en livres (segments de texte de la longueur approximative d'un rouleau) les textes longs.

I.1.2. Lecture du volumen

Lire un livre, cela consiste à l'époque à prendre un rouleau dans la main droite et à le dérouler progressivement de la main gauche (ce n'est pas tout à fait sans rapport avec la façon dont nous faisons défiler des textes sur nos modernes écrans d'ordinateur, avec parfois la sensation gênante que nous ne pouvons avoir le texte tout entier sous les yeux sans le parcourir en continu). Sur le rouleau le texte est écrit en colonnes et on a sous les yeux une colonne de texte ou plusieurs. Le texte a donc un aspect relativement panoramique. Dans le cas où il est illustré, il permet de suivre en continu une série de scènes, au fur et à mesure de la narration. Mais la lecture du rouleau est physiquement contraignante. Elle mobilise entièrement le corps. Elle rend impossible pour le lecteur d'écrire en même temps qu'il lit, de confronter des textes, ou de mettre en rapport des passages éloignés.

I.2. Le codex

L'apparition du codex (pluriel: codices), qu'on peut définir comme livre avec des pages cousues ensemble est liée à l'utilisation de nouveaux supports d'inscription comme le parchemin. Même s'il a existé des codices de papyrus ou de tablettes de bois, c'étaient des matériaux peu pratiques pour cet usage.

Pline l'Ancien ( Histoire naturelle, XIII,11) raconte que le roi d'Egypte Ptolémée, voulut défendre le secret de fabrication du papyrus pour assurer la prééminence de la bibliothèque d'Alexandrie. Il en interdit donc l'exportation. Son rival Eumène, souverain de Pergame, aurait ainsi été contraint au IIe siècle à la recherche de nouveaux supports comme les peaux de mouton ou d'agneaux (le mot parchemin signifie étymologiquement de Pergame). En fait le procédé était connu avant cette époque, les premiers cahiers de parchemin datent d'un siècle plus tôt (Manguel 1996, 156).

I.2.1. Du volumen au codex

Le codex supplante le rouleau dès le début du IIe siècle, en partie en raison de la demande accrue de livres provoquée par l'essor du christianisme. Il est d'abord moins cher: effectivement le texte occupe les deux côtés du support et non plus un seul; par ailleurs le support, est un produit animal qui se trouve partout et n'a plus besoin d'être importé comme le papyrus.

I.2.2. Maniement du codex

Sur un plan strictement physique, le codex est aussi d'un maniement nettement plus aisé que le rouleau, en laissant le lecteur plus libre de ses mouvements. On pourra poser les codices, particulièrement quand ils seront de grande taille et tourner les pages d'une seule main, les parcourir rapidement. Le codex permet aussi de passer très rapidement d'une partie à une autre du texte et donc d'en avoir une vision d'ensemble ou de se déplacer dans ses différentes parties.

I.2.3. Le texte du codex

Mais surtout le codex a une capacité beaucoup plus grande que le rouleau. Il est susceptible d'avoir un grand nombre de pages et on peut y réunir, dans un unique volume, une série de textes du même auteur ou de textes traitant d'une même matière, constituant ainsi une sorte de petite bibliothèque portative. C'est d'ailleurs ce qui va entraîner l'adoption au IVe et Ve siècle de dispositifs éditoriaux (Cavallo in Cavallo et Chartier 1997, 104) signalant les séparations entre plusieurs textes différents: titres, formules initiales (incipit) ou finales (excipit).

D'une façon générale, le codex prédispose à une structuration et à un découpage beaucoup plus précis du texte. Les pages fragmentent en effet le texte et lui donnent une allure discontinue. Dès l'époque de Quintilien (au Ier siècle), les mots sont séparés par des points (mais il faudra attendre le VIIe siècle pour que les mots commencent d'être séparés par des espacements). Dans l'Antiquité tardive, la fragmentation du texte passe par de courtes séquences signalées par des initiales agrandies et des ponctuations. La marque coloriée du paragraphe apparaît au XIIIe siècle pour distinguer une unité de contenu intellectuel. Du coup les textes deviennent mieux mémorisables. On va ainsi aboutir au XVe siècle à un dispositif du livre relativement complexe comprenant des titres de chapitres, des notes marginales référencées par les lettres de l'alphabet, une table de matière.

I.2.4. Écriture cursive

C'est à l'occasion des gloses commentaires en marge que les auteurs du XIIe siècle commencent à pratiquer une écriture cursive, plus facile à pratiquer rapidement que l'écriture gothique. Cette écriture est codifiée vers le XIVe siècle. Le travail du copiste s'en trouve facilitée car cette écriture exige moins de pressions de la main et de soulèvements de la plume (Saenger in Cavallo et Chartier 1997, 158). Pour l'écrivain ce sera aussi un soulagement, car il pourra écrire lui-même, délivré de l'intermédiaire que constituait le scribe à qui il dictait encore au XIIe siècle. Le processus d'écriture deviendra plus intérieur. L'écrivain maîtrisera mieux la totalité de son manuscrit et évitera les redites, ajoutera compléments et corrections avant de confier le tout à un scriptorium.

I.3. Le livre imprimé

Il faudra évidemment attendre la découverte de l'imprimerie au milieu du XVe siècle, pour que le livre connaisse une nouvelle expansion. Gutenberg, jeune graveur et joaillier de Mayence, fabrique une bible avec des pages de 42 lignes entre 1450 et 1455: c'est le premier livre imprimé avec des caractères mobiles – dont Gutenberg fera voir les feuillets à la foire de Francfort.

L'intérêt de l'imprimerie apparaît immédiatement évidente: rapidité de composition, uniformité des textes (qui ne sont plus soumis aux erreurs des copistes), possibilité de produire en grande quantité et coût relativement moins élevé.

Plus de trente-mille incunables (d'un mot latin du XVIIe siècle qui signifie du berceau) ont été ainsi imprimés avant 1500.

I.3.1. Lente démocratisation du livre imprimé

Au début le livre imprimé se modèle étroitement sur le manuscrit mais vers 1520-1540, il trouve sa physionomie propre. Le livre imprimé a une page de titre et des caractères standardisés. Il est le plus souvent de grand format (in quarto, c'est-à-dire une feuille pliée 2 fois, d'à peu près 30 sur 40 cm). Il est posé sur un lutrin et imprimé en gros caractères pour pouvoir être lu de loin et collectivement.

Mais le moindre coût et la rapidité de production créa un marché plus important de gens qui pouvaient s'offrir des exemplaires à lire en privé, et qui n'avaient donc plus besoin de livres en grands caractères et formants, de sorte que les successeurs de Gutenberg commencèrent peu à peu à fabriquer des volumes plus petits, qu'on pouvait mettre dans sa poche.

Manguel 1996, 167

Ainsi l'éditeur humaniste italien Manuce (Aldo Manuzio), en 1501 commence à imprimer pour une clientèle privée des livres au format in octavo, dépourvus d'annotations et de gloses, mais nantis d'un nouveau caractère, l'italique, élégant et lisible.

On assiste donc à une privatisation progressive du livre. Avec l'avènement de la culture bourgeoise les livres deviennent de moins en moins épais, le format in octavo, le format in-douze et même le très fin format in-seize s'imposent comme les formats préférés des amateurs de littérature. Le livre se démocratise avec l'apparition au XIXe siècle de livres reliés en toile et non plus en cuir, puis au XXe siècle avec le livre de poche.

I.4. Premières conclusions

J'aimerais conclure ce premier point en remarquant que le texte littéraire ne s'est que progressivement identifié au livre paginé dans l'Histoire et peut-être de façon assez éphémère puisqu'à nouveau aujourd'hui cette coïncidence se trouve mise en question. Je voudrais aussi souligner que la visée ou les possibilités du support ont été des conditions déterminantes dans la façon de concevoir les textes et leur organisation.

Mais évoquer seulement les rapports entre textes et livres sans tenir compte des pratiques de lecture très différentes qui se sont succédées dans l'histoire nous donnerait une vision très abstraite et fictive de la littérature.

Admin
Admin

Messages : 13
Date d'inscription : 06/08/2015

Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedelalecture.maghrebarabe.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum